Ile aux sports à travers les âges

sablon  centre commercial 1971

La démolition de deux des quatre tours de la rue des Alpes a été lancée hier. Une nouvelle page se tourne aux Sablons. Fin d’une époque et d’une certaine idée de l’urbanisation des années 60.

 

1959, Le Mans ressort au 18e rang des villes françaises. Sa croissance se limite à quelque 1 000 logements construits chaque année. La municipalité décide d’un sérieux coup d’accélérateur. Une opération d’aménagement urbain de grande importance sort des cartons. Le site s’étendant des rives de l’Huisne jusqu’à la route de Paris est choisi… C’est ici la campagne, avec ses terres maraîchères baignées par l’Huisne. Le lieu est perpétuellement inondé, avec sa guinguette, un moulin dont une partie de la roue est encore visible, en face de l’abbaye de l’Épau. La rivière transporte du sable. Le nom du quartier est tout trouvé : Les Sablons.

En 1964, les plans sont confiés à un architecte parisien Pierre Vago. Celui-ci ne voulait pas entendre parler de clôture mais d’espaces verts.

Le quartier prend son essor. Jusqu’à compter 20 000 habitants et une immense piscine qui fait sa fierté. Puis vient le déclin, pour retomber à 10 500 habitants. Aujourd’hui, la rénovation urbaine. « Un très gros effort de transformation avec des réhabilitations va redynamiser l’habitat », insiste Judith Boitard, responsable au Développement social urbain, (DSU). Le second souffle. C’est que le quartier métissé avec ses 27 nationalités recensées a bien des attraits. Son marché, son centre social, son service jeunesse, l’Espal, (centre culturel), la Cité du cirque, le grand carnaval, l’Ile aux Sports… Et le tram, inauguré, il y a tout juste trois ans, qui met le centre-ville à 12 minutes.

Sans titre
Ile année 1923 pas de lac

Ile aux sports1966_WEB
Zone maraichère sur ce qui deviendrat l’ile aux sports

Ile aux sports 1966_WEB
Le lac est né année 1960 environ sur les 2 photos on note l’absence de la digue réalisée dans les années 1980

P1015944

cabane ile aux sports

Une vision bucolique qui n’existe plus cette cabane
était dans le grand virage.

D.F