Entraînement

ob_f59d0e_la-vache-rose-albert-jacquard-1

Sur cette page le tableau d’entraînement en téléchargement ci-dessous

Entraînement utilisé au CKCM ci-dessous

entrainement-2019

Les cases en blanc de la colonne J ne sont à faire que si vous souhaitez naviguer 5 fois par semaine cela s’adresse à des jeunes qui en ont l’habitude….

Définition des termes: Aérobie, anaérobie….aspects physio

Aérobie   Developpement Metabolisme Anae ZH

Définition de la vitesse conseil sur l’entrainement _ la vitesse1

Une info vers les étirements

La motricité: important pour comprendre ou se trouve un blocage sur l’apprentissage d’un geste motricite

Et n’oubliez pas une chose on peut faire les choses sérieusement, mais sans se prendre au sérieux!

Le travail des jambes dans un kayak sur une machine à ramer.

Cette vidéo est en Anglais mais compréhensible pour qui veut se donner la peine

Des vidéos (en italien) mais les gestes sont compréhensibles, sur les gestes a effectuer en complément du bateau notament ceux réalisé avec des élastiques (peu traumatique).

une vidéo ou l’entraînement est un art de vie rien que pour la beauté du geste, sans classement.

Une petite vidéo d’un groupe que les Ados aiment ( Fatal Picard) mais ils ont pas écoutés les paroles! Dommage  cela résume bien l’esprit des JO.

Après des trucs bien savant un peu d’humour!

Et rassurez vous ce qui suit ne vous arrivera jamais (heureusement) même si vous devenez Mister galactique Canoë

En clair comme dit Didier Super, Champion du monde c’est 1 an comme miss Sarthe après retour au mieux pour les chanceux à pôle emploi…

 

Dans cette vidéo évidement avec tous les clichés à la Rocky il y a une analogie réelle entre les petits clubs familiaux ou l’ambiance est sympa ou on se sert les coudes comme dans la grange de Rocky et les centres d’entraînements stériles de toute émotion ou seul compte le résultat à tout prix et qui amène toute les dérives du sport de haut niveau.

D.F

Le canoë au cinéma

Ed Gentry, Lewis Medlock, Bobby Trippe et Drew Ballinger, quatre citadins américains, se réunissent lors d’un week-end afin de descendre une rivière très mouvementée en canoë. Cette rivière de Géorgie devant être recouverte par l’inondation de la région suite à la construction d’un barrage, ils montent cette expédition comme un dernier hommage à la nature défigurée par l’homme. Les épreuves qu’ils affrontent ne proviennent cependant pas seulement de la dangerosité du milieu naturel.

Source : WIKI

Délivrance affiche du film 1972

Délivrance affiche du film 1972

 

Le lieu

 

En Caroline du nord, aux Etats-Unis. Dans le film, la rivière s’appelle Cahulawassee, mais c’est un nom fictif, la rivière sur laquelle le film a été tournée est la Chattooga.

Ce que j’en pense

Qu’est-ce qui fait le plus peur dans la nature? La faune et la flore, ou ces humains qui vivent là, coupés du monde, et renvoyés à leur propre bestialité? John Boorman a choisi son camp: la dangerosité de la nature sauvage n’est rien face à celle des autistes légers et violents qui la sous-peuplent. L’homme face à la nature, c’est d’abord l’homme face à l’homme, celui qui est éduqué face à celui qui ne connaît rien d’autre que la sauvagerie. Le malaise naissant dès avant leur embarquement, lors de la scène culte du banjo, ne cesse de grandir à mesure que nos héros descendent vers la vallée. Ils atteignent le point de non-retour quand ils se retrouvent à devenir plus barbares que les barbares, ces rustres pour qui ils n’avaient que mépris. Deux ans avant son culte Zardoz, John Boorman réalise une œuvre puissante, choquante, intense, et d’une rare violence. Un grand film.

Qu’est-ce qui fait le plus peur dans la nature? La faune et la flore, ou ces humains qui vivent là, coupés du monde, et renvoyés à leur propre bestialité? John Boorman a choisi son camp: la dangerosité de la nature sauvage n’est rien face à celle des autistes légers et violents qui la sous-peuplent. L’homme face à la nature, c’est d’abord l’homme face à l’homme, celui qui est éduqué face à celui qui ne connaît rien d’autre que la sauvagerie. Le malaise naissant dès avant leur embarquement, lors de la scène culte du banjo, ne cesse de grandir à mesure que nos héros descendent vers la vallée. Ils atteignent le point de non-retour quand ils se retrouvent à devenir plus barbares que les barbares, ces rustres pour qui ils n’avaient que mépris. Deux ans avant son culte Zardoz, John Boorman réalise une œuvre puissante, choquante, intense, et d’une rare violence. Un grand film.

La réplique qui donne l’ambiance des vacances

«Parfois il faut savoir se perdre avant de trouver quoi que ce soit.»

Extrait d’un grand moment du film

D.F